La Guillaneu ou Gui l’An Neuf

lundi 27 novembre 2017, par Carmela Pesquer


Elle est annoncée en chaire le dimanche qui précède. C’est une redoutable épreuve pour les marguillers car en compensation du don offert, les quémandeurs ont à subir toute une variété d’épreuves. Bien souvent la porte n’est ouverte qu’après avoir chanté quelques couplets de la chanson la Guillaneu. Et ne parlons pas des farces : sacs de pommes de terre sans fond, sacs de blé à prendre dans le grenier dont on cache l’échelle pendant que les marguilliers sont en haut, tournée de boisson à la cave, repas copieux à la table des donateurs pendant qu’on enlève le cheval de la charrette pour le retour. Il faut avoir une sacrée santé pour ingurgiter repas et boissons… Cette quête consistant en grains, fèves, fil, filasse est fort peu productive, le produit de la vente ne s’élève jamais à plus de 300 f. La raison d’un chiffre aussi minime est la petite quantité de grains qui se récolte dans la paroisse, à peine y compte-t-on quelques familles qui récoltent assez de grain pour se nourrir. La vente de cette quête est annoncée en chaire et le produit en est versé dans la caisse de la Fabrique. Quelques couplets de la chanson « La Guillaneu » Donnez ce que vous voudrez Nous ne forçons personne Nous somm’s heureux d’ramasser Tout ce que l’on nous donne Nous prenons tout ce qu’on veut Donnez-nous donc la Gui-l’An-neuf Nous acceptons les jambons Le blé, le vin, la laine Les patates, les oignons Les sous, les Louis d’or même ; Oui, les sous, les Louis d’or même ; Plus y en a, plus ça vaut mieux Nous demandons la Gui-l’An-neuf Si vous n’voulez rien nous donner Ne nous fait’ pas attendre Car il faut nous dépêcher On a loin à se rendre Pour aller à plusieurs lieues ; Ramasser notre Gui-l’An-neuf Amis nous vous remercions De vos bonnes offrandes Que le bon Dieu de ses dons Exauce vos demandes En tout temps comme en tous les lieux Grand merci pour la Gui-l’an-neuf. Maintenant qu’on a chanté Il faut qu’on s’désaltère En trinquant à vos santés On boirait bien un verre Oui on boirait bien un verre De vin nouveau ou de vieux Pour fêter notre Gui-l’An–neuf Jeune homme n’hésitez point Fait’comme votre famille Donnez-nous à pleine mains Vous trouverez un‘ fille Qui vous rendra très heureux Si vous donnez la Gui-l’An-neuf. Et vous, la charmante enfant Faites-nous bonne aubaine Vous trouverez un galant Avant l’année prochaine Oui avant l’année prochaine C’est le plus cher de nos voeux Donnez-nous donc la Gui-l’An-neuf Nous arrivons en chantant Parions qu’vous allez donner Vaillante ménagère Du beur’, des oeufs, un poulet Cadeaux qu’on n’offre guère Oui cadeaux qu’on n’offre guère Qui pourtant seraient fameux Pour monter notre Gui-l’An-neuf

Coutumes et savoir faire